Comment j’ai augmenté le taux de clic de ma liste mail

Dernière mise à jour : 28/05/2018

Attention, dans les lignes qui suivent, je vais vous expliquer comment j’ai fait grimper le taux de clic de ma liste mail en bousculant un peu violemment mes lecteurs. Et vous allez comprendre pourquoi ça a marché !

Comment j'ai augmenté le taux d'engagement de ma liste mail

Le taux d’engagement c’est une plaie !

Vous en avez assez de courir après les commentaires, les réponses à vos mails et les interactions avec vos lecteurs ? Vous vous dites que le taux d’engagement, c’est bien gentil mais qu’on vous rabâche un peu les oreilles avec ? Mais pourtant vous avez besoin de visiteurs et de contacts, et de gens qui cliquent sur les liens de vos mailings.

Je suis pareil, je passe une bonne partie de mes journées, quand je ne produis pas de contenus, à chercher comment promouvoir l’existant. Et la meilleure façon de le faire, c’est d’utiliser ma liste mail en m’adressant directement à chacun de mes lecteurs, en engageant des conversations. Si vous ne voyez pas à quoi sert une liste mail, filez vite lire ça.

Fausses solutions : il y en a des tonnes !

Vous êtes certainement comme moi, vous avez déjà essayé à peu près toutes les solutions de la planète pour générer de l’engagement par mail. Je peux vous dire que j’en ai testé des solutions !

Vous choisissez avec soin le titre et le contenu de vos mails, les jours d’envoi, le format. Vous utilisez des outils d’analyse qui vous promettent monts et merveilles. Vous avez peut-être même investi dans une formation qui vous a assuré que les résultats allaient exploser.

Et vous savez quoi ? C’est la cata, ça ne marche pas, ou pas suffisamment. Et vous êtes frustré parce que votre problème est toujours là.

Ma méthode est simple, d’ailleurs vous la connaissez déjà !

La méthode dont je vais vous parler ici est hyper simple : si vous avez des enfants, vous la connaissez déjà. Si vous n’en avez pas, vous devez la connaitre aussi car vous l’utilisez probablement déjà dans d’autres situations.

Quand un gamin ne réagit pas comme vous aimeriez qu’il le fasse, vous faites quoi ? Vous lui expliquez, gentiment, qu’il faudrait qu’il agisse. Vous restez calme parce que c’est votre devoir de parent de ne pas faire monter la pression. Mais au bout d’un moment vous en avez ras le bol et vous haussez le ton. Un bon coup de gueule et souvent ça permet à chacun de passer un cap et de réagir. Après on se parle et ça va mieux. La technique est connue depuis la nuit des temps et elle a fait ses preuves, je n’ai rien inventé.

Et bien figurez-vous qu’avec vos lecteurs c’est pareil. Si vous voulez qu’ils réagissent, il faut de temps en temps pousser un coup de gueule. Et dire ce que vous avez à dire.

Attention : cette méthode peut vous paraître un peu limite. Mais avec un peu de soin, je vous promets que ça marche et d’ailleurs je viens encore d’en faire l’expérience. Voici comment.

Pourquoi j’interpelle mes abonnés par mail ?

Je n’engueule pas mes lecteurs, loin de moi l’idée. Mais en analysant les retours de ma liste mail, donc les lecteurs qui reçoivent les derniers articles, j’ai constaté que depuis ces derniers mois de nombreux abonnés ne cliquaient plus sur les liens dans les messages. Pas la majorité mais une proportion non nulle. En clair, ils reçoivent les mails, les ouvrent et stop, plus rien, nada, ils ne vont pas sur le site.

Il n’y a rien de pire pour un blogueur que d’envoyer des mails qui ne servent pas à générer du trafic et de l’engagement, on est d’accord ?

Alors j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de faire réagir à ma façon ces lecteurs. Pas tous, uniquement ceux qui ne cliquent pas parce que les autres, eux, sont des fidèles lecteurs avec lesquels j’ai de nombreux échanges.

En pratique : comment je bouscule la passivité

Voici comment j’ai procédé pour bousculer mon auditoire passif et le faire réagir. Et vous allez même voir qu’il y a un autre but caché mais ça je vous le dis à la fin de l’article.

Segmenter ma liste

Le gros avantage des services de gestion de listes mails, c’est que vous pouvez segmenter vos listes. J’ai donc identifié tous les abonnés qui n’avaient pas ouvert mes derniers envois et j’ai créé un segment sur cette base. J’ai bien évidemment exclus les nouveaux inscrits qui n’ont pas encore reçu de messages réguliers mais uniquement les auto-répondeurs (c’est important, prenez soin d’eux).

Première salve

J’ai ensuite préparé un premier envoi mail dans lequel je demandais à ces lecteurs de se désabonner. Pas de ma liste, non, mais des autres newsletters qu’ils reçoivent et qu’ils ne lisent pas. En leur demandant au passage de reconsidérer mes envois.

S’ils jugeaient que mes contenus étaient pertinents pour eux, alors ils restaient abonnés. Et sinon ils se désabonnaient. Parce que si vous ne lisez pas une newsletter, à quoi ça sert de rester inscrit sinon à crouler sous les mails.

J’ai ensuite envoyé ce message à ce segment bien particulier.

Le résultat ne s’est pas fait attendre, quelques dizaines d’inscrits se sont désabonnés et les autres ont ouvert et cliqué plus généreusement lors de mon envoi régulier suivant.

Mais ça ne m’a pas suffi …

Deuxième salve

Que mes abonnés ouvrent mes mails, c’est bien. Mais qu’ils lisent mes articles c’est mieux. J’ai donc préparé un nouvel envoi un peu plus agressif, limite même je le reconnais mais quand il faut, il faut !

Pour ce nouvel envoi j’ai créé un nouveau segment dans lequel j’ai inclus tous les abonnés ne cliquant pas sur les liens de mes messages, et ayant fini eux-aussi la séquence d’auto-répondeurs.

Et je leur ai demandé pourquoi ils n’étaient plus intéressés par mon blog, mes contenus, mes envois. En m’adressant à eux directement – il suffit d’ajouter un champ personnalisé dans le titre du mail – ça fait toujours la différence.

J’ai envoyé ce nouveau message, et là, boum !

Succès total, retours fulgurants, échanges pertinents ! Vous allez voir.

Analyser

Dans les heures qui ont suivi j’ai reçu quantité de messages de ces abonnés. Et vous savez ce qu’ils me disaient tous ? Ils s’excusaient de ne pas avoir lu et me disaient tous pourquoi. Très sincèrement, c’est là que je me suis dit que j’y avais été probablement un peu fort mais ces retours sont riches d’enseignement.

Premier enseignement : vous pouvez virer les fantaisistes. Car il y a des fantaisistes dans vos contacts, j’en ai identifié une minorité que je peux écarter maintenant de ma liste.

Second enseignement : c’est en posant une question qu’on a des réponses. Et des confirmations. Car pour bâtir une stratégie, il faut quelques données qualifiées.

La principale raison évoquée pour ne pas lire mes articles c’est le manque de temps. J’imagine que c’est votre cas aussi, vous n’avez pas le temps de tout lire, tout écouter, tout faire. Et vous stockez les mails en vous disant que vous les lirez plus tard ? Ce que vous ne faites jamais. Je vais donc préparer plusieurs sujets pour vous expliquer comment je fais pour ne pas faire pareil.

Troisième enseignement : une réponse c’est de l’information. J’ai beaucoup appris sur ces abonnés qui ont bien voulu me répondre. Sur leurs besoins, leur situation, leurs attentes. Et ça aussi c’est super intéressant pour orienter mes prochains sujets. Car plus je serai pertinent et plus l’engagement augmentera. Mais là au moins je sais quoi faire.

Le bonus : je suis gagnant !

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un service mail est facturé au nombre d’abonnés. Et qu’un abonné qui n’ouvre pas vos mails, qui ne les lit pas, qui ne clique pas sur les liens est un abonné qui vous coûte. Il vous coûte en frais mensuels, mais il vous coûte aussi en gestion au quotidien.

Vous ne réagissez en effet pas pareil quand votre liste est très qualifiée et réactive que quand elle est peu qualifiée et passive. Vous passez du temps à faire des réglages, à vous creuser la tête, à chercher des solutions. Donc moins j’ai d’abonnés passifs, plus je suis efficace, moins je bosse et ça j’aime !

Et pour vous ça change quoi ?

Prenez quelques minutes pour faire le point sur vos différentes activités. Vous avez probablement un canal de communication qui ne répond pas aussi bien que vous le souhaiteriez. Qui n’est pas suffisamment réactif. Qui vous coûte. Ce n’est pas nécessairement un canal web, cela peut être une liste de clients pour votre commerce, un territoire commercial, une groupe d’affiliés, d’élèves, de collègues.

Faites les réagir, jouez la provocation, soyez direct. Et vous allez voir que vous obtiendrez des résultats inespérés. Prenez quand même soin de ne pas aller trop loin, l’idée n’est pas de vous mettre tout le monde à dos. Mais avec un peu de finesse, vous allez voir que ça marche à tous les coups et que vous en tirerez un joli bénéfice.

Question : quels sont les freins qui vous empêchent de jouer les – gentils – provocateurs et pourquoi vous ne le faites pas ?

2 Commentaires sur "Comment j’ai augmenté le taux de clic de ma liste mail"

  1. Je crois que c’est bien la première fois que je lis un article complétement et mot par mot au lieu de sauter de titre en titre. Excellent article bien enrichissant, merci. Faller oser agir de la sorte.

    • Merci du retour, j’avoue que je suis parfois un peu joueur mais en l’occurrence ça a fonctionné 🙂
      L’autre bon côté des choses c’est que j’ai reçu plein de mails de lecteurs qui ont eu envie de réagir en privé et nous avons engagé plusieurs conversations intéressantes à la suite 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendue publique.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.