Dossier Curation : Comment partager sa revue de presse sur les réseaux sociaux 5/6

by Jean-Christophe Dichant

in Veille et curation

Voici le cinquième et avant-dernier volet de ce dossier consacré à ma pratique de la curation de contenus. Créer et alimenter une revue de presse, fruit de la curation, c’est une chose. La partager, c’est encore mieux. Voici comment j’utilise les réseaux sociaux pour diffuser les contenus sélectionnés, et surtout pourquoi je le fais.

L’intérêt de diffuser les contenus que je sélectionne n’est pas de battre des records d’audience. Si je cherchais à atteindre cet objectif, j’aurais probablement alimenté un blog avec toute cette matière. Non, l’intérêt est plutôt de favoriser les échanges, et surtout d’alimenter en retour ma propre curation. En effet, plus je diffuse de contenus préalablement triés, plus j’ai de retours, plus j’identifie de nouveaux curateurs ou de nouvelles sources et plus j’enrichis ma propre curation.

Les champs elysées en fête - illustration de comment mettre en valeur ses contenus

Mettre en avant le résultat de sa curation, le partage social est clé ! (Illustration TdV)

Utiliser Twitter pour diffuser sa revue de presse

Twitter est un outil de communication unique de par la portée qu’il propose, et j’utilise énormément ce réseau pour faire connaître ma page Scoop.It et mettre en avant les contenus choisis.

Jean-Christophe Dichant sur Twitter

Pour cela j’utilise à la fois les fonctions de Scoop.It ou de Google Reader d’envoi de tweets assistés, comme les fonctions d’automatisation proposées par Ifttt couplées à Buffer. Ce service de gestion de tâches me permet d’envoyer un tweet avec lien vers chaque article mis en avant sur Scoop.It de façon automatisée. Coupler Ifttt à Buffer me permet de ne pas poster plusieurs tweets les uns à la suite des autres. C’est une pratique que je n’apprécie pas de la part des autres, j’évite donc de le faire sur mon propre compte.

Je vous renvoie vers la vidéo ci-dessous pour savoir comment fonctionne Ifttt. Une fois de plus le but de cet article n’est pas de faire une revue de détail de chacun des services mais bien de voir ce qu’ils m’apportent.

Avec Ifttt, je peux facilement alimenter mon réseau sur Twitter, sur un rythme régulier, y compris si je suis peu disponible dans la journée. Une fois paramétré, Ifttt envoie à mon compte Buffer les messages, ce dernier les diffuse à fréquence régulière (découvrez Buffer en quelques minutes).

L’intérêt est évident. De nombreux liens ainsi postés sont régulièrement retweetés, partagés, mis en favoris. Cela me donne une idée assez précise de l’intérêt de mon réseau pour ces contenus, et me permet d’adapter ma propre curation. En effet j’identifie aisément des comptes Twitters qui me retwittent et je découvre très souvent des profils intéressants auxquels je m’abonne. Et cela entraîne de nouveaux échanges. J’ai ainsi, petit à petit, constitué une liste d’abonnements Twitter qui m’apporte beaucoup en matière de retours, d’échanges et de découverte de nouveaux sujets.

Notifications et partage sur Scoop.It

L’autre intérêt de publier sur Twitter et de faire connaître ma page Scoop.It, et d’identifier qui me « rescoop ». Ainsi, à nouveau, j’identifie de nouveaux curateurs et j’enrichis ma base. L’idée est toujours la même, avoir une base la plus qualitative possible sans nécessairement chercher la quantité.

Utiliser Facebook pour diffuser sa revue de presse

J’alimente une page Facebook pour La Chaîne Web, mais j’avoue publier assez peu sur ce réseau que je n’apprécie pas plus que ça en matière d’échanges à caractère professionnel. Facebook impose des contraintes très (trop) fortes en matière de publications.

La récente politique ayant pour but de favoriser les messages sponsorisés ne m’encourage pas à alimenter le réseau. Quel intérêt en effet de poster des messages si les abonnés à ma page ne peuvent les lire parce que le réseau les filtre ? J’ai donc adopté un comportement à minima sur Facebook, en publiant quelques liens que je considère les plus pertinents, les liens vers les articles de ce blog et guère plus.

Je reviendrai sur l’usage de Facebook dans un environnement professionnel, j’ai déjà donné mon avis sur comment séparer vie privée et vie professionnelle sur Facebook dans un précédent article.

Utiliser LinkedIn pour diffuser sa revue de presse

S’il y a un réseau sur lequel je ne cotoie que des contacts professionnels, c’est bien LinkedIn. J’utilise les fonctions de partage intégrées de Scoop.It pour poster les articles les plus intéressants sur mon profil LinkedIn et dans le groupe que j’alimente à titre professionnel.

Partager des informations sur LinkedIn

Peu de comptes sont régulièrement actualisés, c’est dommage car LinkedIn a des avantages au delà du simple partage de profil auprès des recruteurs. Depuis que Twitter a coupé les ponts avec LinkedIn et ne permet plus de poster automatiquement les tweets sur LinkedIn, il faut passer par d’autres outils. Ifttt est à nouveau la solution, il suffit de programmer la détection de tweets et le renvoi automatique sur LinkedIn.

Partager sa revue de presse pour gagner en qualité

Partager ma revue de presse n’a pas pour objectif de gagner en reconnaissance ou en nombre de followers sur Twitter. Ni en contacts sur LinkedIn. Depuis que je pratique cet exercice, je n’ai pas vu le nombre de mes contacts augmenter en proportion et je m’en moque. Je partage car d’une part j’ai pris le temps de trier les meilleurs contenus alors autant en faire profiter les autres et d’autre part j’identifie des contacts qui me permettent d’améliorer ma curation. Pourquoi se priver ?

Les méthodes de partage décrites ci-dessus évoluent régulièrement. Les réseaux sociaux changent leurs modes de fonctionnement, les services apparaissent et disparaissent, je modifie mon comportement en fonction des résultats. Il est donc probable que tout ce qui est décrit ci-dessus évolue en partie dans les mois qui viennent. Aussi je vous engage à me poser des questions en laissant un commentaire. De plus je suis curieux de savoir comment vous procédez pour diffuser vos informations sur les réseaux sociaux ?

{ 0 comments… add one now }

Laisser un commentaire

{ 2 trackbacks }

Previous post:

Next post: